Frère Charles - Bruder Klaus

 

 

Du profond de leur être a jailli ces prières si semblables dans leur contenu :

De Fr. Charles :
De Br. Klaus :  

 

« Mon Père, je m’abandonne à toi, fais de moi ce qu’il te plaira
Quoi que tu fasses de moi, je te remercie. Je suis prêt à tout, j’accepte tout.
Pourvu que ta volonté se fasse en moi, en toutes tes créatures,
je ne désire rien d’autre, mon Dieu.
Je remets mon âme entre tes mains.
Je te la donne, mon Dieu, avec tout l’amour de mon cœur, parce que je t’aime,
et que ce m’est un besoin d’amour de me donner,
de me remettre entre tes mains sans mesure
avec une infinie confiance car tu es mon Père. »

 

« Mon Seigneur et mon Dieu, enlève de moi tout ce qui me retient loin de toi.
                          

Mon Seigneur et mon Dieu, donne moi tout ce qui me conduit à toi.
                          

Mon Seigneur et mon Dieu, prends moi à moi-même et
                           

donne moi tout entier à toi. »

Fr. Charles appelle Dieu « mon Père », au début et à la fin de sa prière.  Il ne dit pas « Père » mais « mon Père». Cela nous montre et l’image de Dieu qu’il portait en lui-même et la relation très personnelle qu’il entretenait avec lui.
Il accumule le vocabulaire qui tourne autour de « donner » : « Je m’abandonne…, je remets mon âme…, je te la donne…, ce m’est un besoin d’amour de me donner, de me remettre entre tes mains…. » C’est Fr. Charles qui en pose les actes.
Il demande à Dieu : « Fais de moi ce qu’il te plaira… quoique tu fasses de moi… pourvu que ta volonté se fasse en moi, en toutes tes créatures… » Il veut laisser de la place à Dieu pour qu’il le « modèle et le transforme ».
Il dit même : « j’accepte tout… je ne désire rien d’autre… je te remercie… » Il semble prêt à tout. Mais il ne peut sans doute le dire que parce c’est pour lui : « un besoin d’amour »
et « qu’une infinie confiance » l’habite.
Fr. Charles s’en remet à Dieu dans une prière très active. Les huit « Je » en témoignent.

Br. Klaus dit par trois fois : « Mon Seigneur et mon Dieu ». Lui aussi utilise le possessif, montrant que la relation qu’il entretient avec Dieu est très personnelle.

Il exprime son désir profond de pouvoir vivre en Lui.

Ses trois demandes, sobres et claires, nous montrent que Br. Klaus espère humblement que son Seigneur lui accordera ce don en lui enlevant ce qui l’encombre et en lui donnant ce dont il a besoin.

Fr. Charles comme Br. Klaus expriment une confiance sans limite envers leur Seigneur, un désir profond d’être avec lui, en lui…
Et dans leur vie concrète ils restent, jusqu’au bout, très présents aux préoccupations de leurs contemporains. 

Les vies de Fr. Charles et de Br. Klaus sont des joyaux qui se sont laissés ciseler par le Dieu de la Vie et de l’Amour, et sont pour nous des lumières sur nos chemins terrestres.

Liens :
Charles de Foucauld
2017 : 600e anniversaire de la naissance de Nicolas de Flüe
Le pélerinage de Sachseln

 

P. Sr Gertrud-VeronikaP. Sr Gabrielle-YvetteP. Sr Magdalena-MichiyoP. Sr Maria de LourdesP. Sr LucianaP. Sr MarjolaineP.Sr Maria de LourdesP.Sr Gabrielle-YvetteP.Sr Gertrud-VeronikaP.Sr LucianaP.Sr Magdalena-MichiyoP.Sr Marjolaine